Train de la Région de la Capitale

L’essor des villes entraine des problèmes importants au niveau des transports et du trafic. La région de la Capitale compte 1,3 million de personnes et, nous commençons déjà à ressentir les effets de cette population croissante, particulièrement à l’heure de pointe. Plusieurs villes mettent en place un système de transport régional lorsque leurs populations atteignent 1,5 million de personnes. Par exemple, Toronto a mis en place le système de transport régional GoTrain en 1967. C’est le temps de planifier l’avenir de notre ville et de nous doter d’un système de transport régional : le Train Régional de la Capitale!

 

Le réseau ferroviaire que nous proposons rejoint Kanata, Barrhaven, Kanata North, Stittsville, Bells Corners, Richmond, Navan, Vars, Merivale, Kinburn, Fitzroy, Limoges, Smiths Falls, et Gatineau avec le centre-ville. 

Le Train Régional de la Capitale utilisera les voies ferrées existantes dans la région de la Capitale. Cela nous permettra de faire des économies quant à l’introduction d’un système de transport régional qui réduira le nombre de voitures sur nos routes. En effet, avec le Train Régional de la Capitale, nous pourrions éliminer 20 000 voitures de sur l’autoroute 417! Nous réduirons notre empreinte écologique, faciliterons le transport à l’intérieur de la ville, et rejoindrons les quatre coins de la région de la Capitale. Dans le centre-ville, le réseau de transport régional sera relié au système de transport métropolitain OC Transpo. 

« Pour développer le Train Régional de la Capitale, nous devons commencer par réparer le rail près de la station Bayview, et nous devons rouvrir le pont du Prince de Wales.»

Pour que le service de transport régional puisse se développer entre Ottawa et Gatineau, nous devons réparer quelques connexions clés. Le développement du Train Régional de la Capitale se fera donc en trois phases. 

Première phase: Restaurer le pont Prince de Wales et l’infrastructure connexe 

Nous rénoverons le pont Prince de Wales et nous y ajouterons une piste cyclable ainsi qu’une voie dédiée aux piétons. Cette phase se complètera sur 13 mois. Le premier mois, nous soumettrons une Requête pour le processus de soumission. Les 12 mois suivants seront dédiés à la rénovation du pont et la construction du passage pour piétons et de la piste cyclable. 

Deuxième phase : Restaurer le service ferroviaire sur le pont Prince de Wales

Nous prévoyons trois mois pour la préparation de la Requête pour le processus de soumission pour restaurer le système ferroviaire dans la région. La construction et restauration du service ferroviaire sur le pont du Prince de Wales se déroulera sur une période de 18 mois. 

Troisième phase : Faisons bouger notre ville! 

Nous prévoyons que le Train Régional de la Capitale sera opérationnel dès 2022! Durant cette troisième phase, nous complèterons le système ferroviaire régional afin qu’il relie les secteurs de Kanata North, Bells Corners and Sittsville à l’ouest, Barrhaven, Richmond et Smiths Falls au sud, Vars, Navan, et Limoges à l’est, et Gatineau au nord. 

Foire aux questions

Comment financerons-nous le projet ferroviaire de la région de la capitale nationale?

Le coût total du projet ferroviaire de la région de la capitale nationale et de son plan d'affaires ne pourra être établi qu'après un processus de demande de propositions (DDP). Les parties intéressées auront ainsi l'occasion de définir le projet et de déterminer le montant qu'elles sont prêtes à investir dans le projet ferroviaire de la région de la capitale nationale. Le coût total final ne peut être déterminé qu'à la suite d'un processus de DDP. Le coût pour la réparation du pont Prince de Galles est estimé à 40-50 millions de dollars. Nous estimons également qu'il en coûtera environ 25 millions de dollars pour faire la réfection de la voie ferrée près de la gare Bayview, afin que notre plan ferroviaire pour la région de la capitale nationale puisse aller de l'avant.

Qu'advient-il du TLR?

La phase un du TLR n'a aucun sens sans une phase deux. Elle est tout simplement trop courte. Je suis déterminé à aller de l'avant rapidement avec la phase deux. Je ne propose pas de modifier le TLR qui déjà existant, mais il a fait l'objet de bien des secrets. Un nouveau maire et un nouveau conseil municipal devront évaluer le succès et les lacunes de la phase 1 du projet de TLR et, au besoin, faire des ajustements pour la phase 2.

Quels arrêts seront inclus dans le réseau ferroviaire de la région de la capitale nationale?

Toutefois, une ébauche finale de la carte sera élaborée dans le cadre du processus de DDP avec les parties concernées. Notre carte a pour but de donner une idée générale des zones de la région métropolitaine d'Ottawa-Gatineau qui seront desservies par le réseau ferroviaire de la région de la capitale nationale.

Est-ce que VIA Rail ne gère pas déjà l'infrastructure ferroviaire?

Oui, toutefois, conformément à la loi fédérale, l'infrastructure ferroviaire doit être partagée et la Ville d'Ottawa, de même que les autres municipalités touchées, ont le droit d'exiger l'accès à l'infrastructure ferroviaire pour offrir un service ferroviaire dans la région de la capitale nationale.

Ce plan cadre-t-il avec les infrastructures de transport déjà en place dans la ville?

Oui. En fait, notre plan permettra d'améliorer l'infrastructure de transport en commun déjà en place. Contrairement au projet actuel du maire de mettre en vente 178 autobus hybrides et de réduire le service communautaire. Notre plan comprend également l’introduction d’un projet pilote visant à lancer des fourgonnettes de 12 places qui amèneraient des passagers depuis les banlieues, vers le réseau ferroviaire de la région de la capitale.

Comment votre plan de transport en commun affecte-t-il la prestation de services dans le centre urbain d’Ottawa?

Notre plan est de maintenir le service de transport en commun dans notre noyau urbain. Contrairement au projet actuel du maire de mettre en vente 178 autobus hybrides, nous conserverons les autobus et assurerons le service urbain existant avec ces autobus.

Votre plan prévoit une réduction des tarifs du transport en commun, comment cette mesure nous permettra-t-elle de financer votre plan et les engagements existants, notamment la deuxième phase du TLR ?

Il est impossible de développer un service de transport en commun si les tarifs augmentent sans cesse et qu'il devient hors de portée pour ceux qui vivent dans la pauvreté, pour les étudiants et pour les aînés. Une fois en poste, j'examinerai le budget en place et je réaffecterai les sommes consacrées aux travaux d'asphaltage et d'élargissement des routes vers notre plan de transport en commun. Par exemple, le projet du Baseline Busway n'ira pas de l'avant, mais le réseau Baseline comptera un plus grand nombre d'autobus. Les étudiants d'Algonquin ont besoin de plus d'autobus et de liaisons plus fréquentes, pas de plus d'asphalte.

Showing 1 reaction

Please check your e-mail for a link to activate your account.
  • Christian Andrianasolo
    commented 2018-10-20 17:10:21 -0400
    Bonjour, Entièrement d’accord pour mettre en place le système ferroviaire régional. Par contre, en tant que payeur de taxes Ottawa/Ontarien, je souhaite que les infrastructures soient développées en premier dans ma ville, depuis Pembroke jusqu’à Rockland et Casselman.